Avancées de la recherche sur le vieillissement 

Quatre chercheurs du Centre de recherche sur le vieillissement (CIUSSS de l'Estrie)

24 février Le trajet de la douleur et l'effet placebo
Carmen-Édith Bellei-Rodriguez, doctorante en recherche en sciences de la santé

Marie-Pierre Harvey, doctorante en recherche en sciences de la santé

Comment percevons-nous la douleur? Quel chemin emprunte la douleur pour se rendre jusqu'à notre cerveau et nous signaler un danger potentiel? Pouvons-nous moduler notre douleur nous-même? Quelle est l'utilité de l'effet placebo dans la gestion de la douleur?

3 mars Bouger mieux, moins d'écran : une combinaison gagnante!

Katherine Boisvert-Vigneault, B. kinésiologie, M. Sc. de l’activité physique, Ph. D. gérontologie (en cours)

Jasmine Paquin, B. kinésiologie, Ph. D. Sc. de l’activité physique (en cours)

René Maréchal, B. et M. Sc. de l’activité physique, Ph. D. Sc. de l’activité physique (en cours)

Pourquoi et comment y arriver?

 

Dans cette formation, vous apprendrez

  1. ce qu’on entend par « bouger mieux » et comment le mettre en pratique;

  2. les grands principes de la motivation et de la fixation d’objectifs en activité physique;

  3. les effets de différentes modalités d’exercice pour un vieillissement en santé;

  4. ce qu'est la sédentarité, ses effets sur la santé ainsi que des moyens réalistes pour la contrer.

 

Tout au long de cette formation théorique et pratique, vos formateurs vous procureront des outils concrets pour maintenir un mode de vie sain et actif à long terme, tout en consolidant vos apprentissages dans le domaine de l’activité physique.

10 mars : Hogeweyk : un milieu de vie novateur pour ainés présentant des troubles cognitifs majeurs

Sarah Rahimaly, M. en ergothérapie, étudiante à la maîtrise de recherche en gérontologie

Le village hollandais d’Hogeweyk accueille des ainés atteints de la maladie d’Alzheimer en stade avancé. Nous présenterons les innovations qui, à Hogeweyk, permettent de préserver l’engagement des ainés dans des activités ayant un sens pour eux.  Nous évoquerons également les composantes d’approches similaires.

24 mars :  La réduction des risques de déclin cognitif et de démence : est-elle possible ? 

Christian Bocti, Chercheur/professeur CdRV/U de S, M.D. spécialiste en neurologie 2002, formation postdoctorale en neurologie cognitive

Cette présentation fera un survol des interventions pour prévenir le déclin cognitif en se basant sur les recommandations de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) publiées en 2017.

Jeudi de 9 h 30 à 12 h

Dates : 25 février au 25 mars

Durée : 10 heures - 4 semaines

Endroit : Auditorium des Tisserands

Droits de scolarité : 67 $

Maximum d'inscriptions : 100